Souvenirs de la fosse noire. Troisième chapitre

Tout d’abord, en parlementant avec elle dans le noir absolu de la fosse noire, sans discernement, la décantation d’une énième poche de kangourou. En ruisselant alphabétiquement au fond de la fosse noire dans un grand crevettier, des diligences peaufinaient leurs migratoires mouvements.

Certes les jours s’en allaient dans le matin froid, mais les poèmes que lisais fervemment me versaient des souvenirs gais, me laissaient un parfum d’enfance égrainée le long de la route. Un peu plus tard, la ville ressemblait à une grande baignoire chauffée par le soleil, je pensais à cette jeune fille qui devait être à cette heure dans son taudis, fascinée par mes écrits, elle me demandait pourquoi je ne voulais pas devenir écrivain.

En général, je ne répondais rien et pour tout vous dire sur le sujet, je regardais hilare mes textes comme si il s’agissait de vaisseaux fantômes ne transportant rien d’autre que des mots bigrement futiles et impermanents.

La veille, j’écrivais malgré tout un poème qui avait le parfum de l’été, un autre qui ronflait du froid, fourneau glacé oblitérant les douleurs du mendiant ou encore un autre qui parlait de ses paysans dépossédés de leurs terres.

J’avais l’impression que depuis mille ans, je lisais, je marchais, je dormais, parfois je dormais même éveillé et plantais, à l’insu de tous, des névroses virtuelles.

Le long du boulevard que je traversais, s’étirait infiniment et je contemplais les vitrines des magasins, les casinos  où l’on devait perdre beaucoup d’argent, les cafés branchés et les salles de billard flambant neuves mais comme je n’avais pas de sous je n’entrais pas et maudissais parfois cette vie de misère.

Mais la pauvreté avait aussi ses avantages, ainsi je traçais ma route comme on fait la conquête de l’espace avec une vitesse de croisière qui me convenait et tout l’attirail sidéral : carnets et stylo.

Il y avait des jours où l’ennui me prenait et plantait ses clous de lumière sur mes jeunes années.
Je me retrouvais alors dans un lupanar le front fiévreux avec une gueule de bois et une cravate de pendus autour du cou.
La fosse noire ne s’appelait pas Jacob mais et quand mes yeux s’arrêtaient de voir, l’officier de la fosse noire en casaque rouge jetait une poignée de cailloux en l’air.
Il disait aux soldats mercenaires que la mort avait un but éducatif.
Et d’un mouvement leste, il gonflait sa poitrine, s’allumait une cigarette.
Avec l’enthousiasme glacial de ses jeunes années, un soldat osa l’interrompre dans sa rêverie. Ils étaient tous épuisées par des sensations de déjà-vu en cette fin de saison vénitienne.

Souvenirs de la fosse noire. Chapitre deux !

Tout d’abord, en parlementant avec elle dans le noir absolu de la fosse noire, en ruisselant alphabétiquement au fond de la fosse noire, en entraînant avec moi mon jargon littéraire dans les cavernes humides, en m’encordant avec les fines rayures blanches de leur capharnaüm, le règlement de la bibliothèque m’avait frappé de bannissement ; et tout le long de l’encaissement de la vallée je fus aggloméré à ce capharnaüm.

Ce capharnaüm qui, en bâtissant des nids de malandrins à chaque discussion téléphonique, dévalua le prix du combiné de mon téléphone et énuméra ensuite ses détails en prenant le versant le plus méridional de cette vallée.

Des détails s’attachant à se repaître des édifices vivants de la montagne d’en face !

Elle n’en finissait pas de s’élever cette montagne aux tentures téléphoniques qui tombaient de leur plafond mathématique !

C’était la fin de notre aventure, la fin de son mouvement comme un ensemble de lois compliqués à l’extrême en s’aventurant du côté de l’immobilité lumineuse ; un mouvement assumé ou un retour dans le passé : l’immobilité étant entravée, puis amputée alors qu’elle descendait la brume moite venue de la baie.

Réfléchissant la marée haute et ce scénario qui concentrait l’exhalaison de son acide carbonique à l’intérieur d’un amas éparpillé de Mikado : les caractéristiques de notre existence sur la moquette arrachée, à la fois solaire et sucrée, jusqu’alors éclairée au pétrole, comme quelque chose d’exotique !

Malgré tout, l’amas éparpillé de Mikado descendait une rivière de diamants, avec une force glaciale, son ivresse livresque, consécutive comme des atomes de watt canoniques. Atomes qu’on fit frire en les irradiant d’excitations sexuelles, d’isométriques distorsions.

Pour s’égarer dans des considérations poétiques quelque part où il pleuvait sur leurs cahiers roulés, ces distorsions modelaient l’argile des fausses monnaies napoléoniennes, sans jamais changer les serpentins de leurs strings élastiques.

Parfois les atomes énigmatiques grimpaient sur l’échelle, sans l’aide de leurs puissances photovoltaïques, pour rejoindre Cécilia et s’installer dans son souterrain décoré de phrases artistiquement dessinées à la craie.

En retirant l’échelle, en brouillant leurs représentations jusqu’à délier le Sanskrit de leur récepteur, je détachais aussi leurs ceintures de sécurité pour ceindre les parfums du vide qui se battaient dans les profondeurs et qui finissaient toujours par monter au ciel comme des serpents cosmiques ; ces parfums du vide, en remplaçant la face B de Pat Benatar par ces serpentins de strings élastiques, s’agglutinaient le long de ma perche.

D’une tortuosité comique et éthérée, cette perche, oscillant lentement leurs ombres, en tombant sur le béton des stations de ski alpin, s’ébrouait parfois, comme un vieux cheval de kermesse, dans un décor vénitien en cette fin de saison !

La Vengeance de Katia !

Gravitant autour d’une énigme irrésolue, ce cinéma porno au coin d’une grande avenue, venait d’ouvrir ses portes. (En inauguration, un film mystérieusement sans titre était projeté.)
Dès qu’il avait appris la nouvelle, Jumbo s’était jeté dans le premier bus pour prendre une place (environ l’équivalent de 90 à 95 centimes d’euros) sans se douter que ce film allait ranimer le souvenir de la planète OS X où il avait abandonné Katia à son triste sort.

Assis aux premières places, à peine les publicités passées, Jumbo vit quelque chose fendre l’écran : ce fut, trois fois, un intertitre, décoré de notes de musique éparpillées et peintes à la main :

La Vengeance de Katia !

La Vengeance de Katia !

La Vengeance de Katia !

Suivi par un lent balayage panoramique, puis la caméra s’immobilisa un instant pour examiner une tâche humide sur le canapé jaune, la scène campagnarde idyllique et ensoleillée visible depuis une fenêtre, un tas de photos de vacances sur la table à abattants, la petite culotte très légère abandonnée dessous.

Une bouteille de champagne ouverte et deux flûtes à moitié pleines étaient posées sur la crédence peinte, comme pour un portrait de famille. De l’autre côté du couloir, dans la chambre d’Angela, sous un plafond à miroirs, un grand lit circulaire avec un chevet en forme de coeur et des draps en satin cramoisi et or, délicatement froissés et tachés.

Il y avait également des murs, et pourtant la caméra, alors même qu’elle explorait l’ensemble tendrement, comme en le caressant, parvint à ne pas se filmer. Derrière le lit se trouvait une porte entrouverte, la caméra se glissa par l’ouverture et pénétra dans une salle de bains au carrelage et aux miroirs étincelants.

Et ici, ici seulement, on pût voir la caméra et le caméraman, se refléter dans cette profusion de miroirs. La caméra s’arrêta un moment sur un espacement vide d’un meuble de la salle de bain. Et une indication sonore retentit :

« La boite de Tampax a disparu, Jumbo l’aurait-il volé à la Gardienne du Temple ? »

Une kyrielle de flash-back apparut alors : c’était un défilement rapide d’images où l’on voyait Jumbo prendre la boite et la mettre discrètement dans son sac.

Et puis, tout de suite après, un violon tantôt mélodieux tantôt strident au fur et à mesure que la caméra avançait jusqu’à la baignoire. Le caméraman plein d’entrain, lança : « O déesse Katia, es-tu là ? »

Et, sur l’écran, les spectateurs purent admirer une jolie nymphette, comme échappée d’un conte de fée, sortir de la baignoire verte en forme de yoni environnée de savons, de shampoings, d’éponges et de jouets érotiques de bain. Une fois debout, elle eut une petite exclamation de stupeur, éclata de rire, leva les bras comme pour répondre à une ovation imaginaire. Son visage avait perdu toute trace de timidité, libre, ouvert, comme son récent partenaire, caméraman et acteur du film ne l’avait jamais vu, à toutes les promesses qu’offrait sa beauté.

HPG avait délaissé sa caméra, tandis qu’un autre caméraman, en reprenant le relais, s’activait à filmer maintenant la fellation hors norme et pourtant classique que Katia avait perfectionné avec le temps.

Et Jumbo, qui était littéralement scotché sur son siège, à des années lumières de cette planète où il avait laissé Katia, bavait sur sa chemise.

Mais sa vengeance avait-elle atteint son point de paroxysme ?

Il en doutait, et déjà en tremblant de tous ses nerfs, il sortit prestement de la salle de cinéma… Il pressentait, une expression grave de déterré sur son visage, que Katia, la déesse courroucée de la planète OS X, lui réservait encore bien d’autres surprises.

La Présence

D’abord, un chuchotement perçu comme un mystère, au coeur de la forêt magnétique, alors qu’une femme s’endort sur un toit, c’est la nuit qui creuse ses nerfs dans la pénombre ; un oeil clos, l’autre ouvert, le grammatical téléphone à côté et l’idée primaire de la jouissance et de l’extase.

Son idéal ? Un capharnaüm glacial pour cultiver de pommes de terre à même l’écume, les attributs du sujet se touchant presque, reproduisant l’air qui remue un moutonnement oriental, au-dessus du Tibet. En se reflétant, le moutonnement noircit ses larmes et son corps enduit de lissage.

A moins de trente kilomètres de là, sur le chemin paisible de la solitude quand les altérations noire de la pluie emplissent l’inouïe horizon, en défiant la voie lactée, elle s’octroie du temps libre.
Au commencement est née alors la dormeuse, la cheminée et le monde de la force comme le jaillissement d’un rêve qui s’achève en copeaux en embrouillant tous les programmes informatiques. Son rêve ? Du zinc oxydé, une palette de négations sous la huée imaginaire des hackers, un paysage de tôle ajouté par cut-up !

Le cut-up : un amalgame de distances contrariées, communicatives et presque cauchemardesques, brûlant à la lueur d’un DeepKiss de série B !
Mais les lumières, comme déjà ossifiées par tant de rêveries, commencent à dériver sans rendre ces bribes de zigzags pourtant recherchées ardemment ; des bribes de zigzags qui plongent leur célèbre contre-jour dans le monde des mathématiques.

La musique qu’elle fredonne pendant son rêve ? Une mélodie suçotée comme un bleuet, une partition taillée dans l’extase synchrone, à la place du géranium conventionnel.

Et le contenu de son futur bol de café lorsqu’elle se réveillera ? Des sensations saccadées, l’expression euphorique d’un désastre futur et ses formalités spirituelles, le balancement des girouettes et leur recueillement.

Souvenirs de la fosse noire !

Tout d’abord, en parlementant avec elle dans le noir absolu de la fosse noire, le sac d’une énième poche de kangourou comme une légende à percer. En ruisselant alphabétiquement au fond de la fosse noire, des diligences fossilisées peaufinaient leurs migratoires mouvements.

Pour s’égarer dans des considérations poétiques quelque part où il pleuvait sur leurs cahiers roulés, ils modelaient l’argile des fausses monnaies napoléoniennes, sans jamais changer les serpentins de leurs strings élastiques.

Parfois ils grimpaient sur l’échelle sans l’aide de leurs mains pour rejoindre Cécilia et s’installer dans son souterrain décoré de phrases artistiquement dessinées à la craie.

En retirant l’échelle, en brouillant leurs représentations jusqu’à délier le Sanskrit de leur récepteur, je détachais aussi leurs ceintures de sécurité pour ceindre les parfums du vide qui se battaient dans les profondeurs et qui finissaient toujours par monter au ciel comme des serpents cosmiques ; ces parfums du vide, en remplaçant la face B de Pat Benatar par ces serpentins de strings élastiques, s’agglutinaient le long de ma perche.

D’une tortuosité comique et éthérée, cette perche, oscillant lentement leurs ombres, en tombant sur le béton des stations de ski alpin, s’ébrouait parfois, comme un vieux cheval de kermesse, dans un décor vénitien en cette fin de saison !

La bible païenne de Kurt Cobain

Dans l’obscurité, doucement, comme un zèbre quittant les quais du métro et récupérant la couleur noire semblable aux mouvements rapides, générés par le silex, d’un monde d’un noir embaumeur, c’était d’abord une playlist Cobain qui suintait ce matin sombrement dans les sillons labourés !

Parce qu’un murmure se transformant en son, en l’écho d’un son d’une Bible païenne et qu’elle m’inspire des visions comme cette jeune paysanne qui m’a fait entrevoir l’éclair de sa nudité dolente ; parce qu’une douce complainte naissante, dans la ville spectrale, s’empare de son corps allongée, cette beauté incarnée comme l’écho d’un vent oriental, attardé, ambivalent ou alternatif, tandis qu’un plain-chant s’élève, je le sais, à travers les chambres venteuses de la nuit, se cachant dans les pissotières de l’autoroute A7.

Étant donné le prodigieux dénouement et l’effondrement de ce monde qui suivit : à la page d’accueil de l’Apple Music, en voulant lui faire part de mon intention de briser la glace entre nous, j’écrivais des algorithmes nuancés de sibilantes sur mon carnet d’écrivain ; les sessions d’enregistrement d’In Utero bringuebalaient sur fond d’œillet terne une débandade massacrante, j’étais intervenu dans cette bagarre entre les zones communes et les deux singles extraits de l’album, pleurant la cité solitaire ; et ainsi furent scannés, falsifiés et remplacés les ténèbres cinématographiques de mon ami Donald Duck par une faible lumière, avant qu’il s’embourbe… et cette jeune paysanne, éclairée par une chandelle, une chandelle maculée par l’iode des apaches, coulant dans le vent froid, une chandelle oubliée, cachée puis retrouvée, affamée, cette jeune paysanne s’égarait dans la nuit avec sa douteuse lueur.

Alors la colère. La colère de leur musique de charbons enterrée comme une force biologique, un peu pathologique qui luttait dans la risée, en dépit de la lumière, jouant des fricatives comme un vent affligé et persistant. La colère et cette terrible douleur qui flottait dans le café de ce matin, avec le sirop d’érable, occupé à livrer son monde, avec cette puanteur cruelle dans la nuit bruissante. Ensuite la bêtise. La bêtise comme cut-up acidifiant ouvrant d’horribles cratères, se réjouissant du bonheur de cette bohème cherchant une forme dans la pâle étendue, glissant au fond de ses anneaux rouges jusqu’à recueillir la suggestion d’une forme, un baume pour l’œil avide, et enfin, en s’amoncelant d’oursins désagrégés, au bout de leur maléfique finesse d’esprit : des galipettes de grandes seigneuries sillonnant les routes pour s’enfuir dans une coulée de lave et de braise délivrée !

Enfin, soulevant l’immensité des réduits à défoncer, dans ma playlist, la languissante et burlesque piste Sappy qui s’ajustait à la voie ferrée dégoulinant l’épiphanique diesel fragrant d’un moteur mourant, à l’arrêt, de toutes ses mémoires !

Le texte de la Saint Con !

Tout d’abord un texte sur la Saint Con en dix pages alors que le froid mord les lattes en envoyant de gros bouillons de lacunes. À la première page, un film d’horreur très kitsch qui emprunte sa chronologie à une timeline je-m’en-foutiste.

À la page deux, pour désigner un référent, apparait l’expression kabyle, incandescente, livide à l’heure la plus froide de la nuit et jusqu’à s’interrompre lors des jeux de hasard, d’une évasion : après les jours de crêpe, la joie tombant en cataractes et reliant entre eux les penseurs par un label collectif.

À la page trois, en se référant au système adverse, une kyrielle d’injures alchimiques. Et, dans le labyrinthe de la page quatre, le kif qui se fume mélangé à du tabac et qui fait apparaitre les premières hésitations : une alternance de forme et de style qui sera relégué cependant au sein du navigateur chaque fois qu’il hésite.

À la page cinq, à plusieurs reprises, leurs juvéniles arborescences philosophiques qui détachent les feuillets du livre de Job et qui engendrent, à partir de ce système désuet, la fabrication du jean en procédant toujours par ordres d’idées.

À la page six, une eau de javel fossilisée qui ondoie comme le karma des chamanes de Sibérie ; et leur tradition orale qui flotte, comme le vaisseau de commerce baptisé le Nostromo, en procurant des profits juteux dans les contrées grouillantes de gnomes.

À la page sept : une grande variété d’humanoïdes extraterrestres qui délivrent leurs joules ; leurs joules qui ballonnent leur exosquelette et qui survivent aux outrages du temps. À la page huit, étrangement, les os de leur thorax qui ont éclatés et qui confondent leur jugement. Leur parenté avec notre espèce s’arrête là.

À la page neuf, la fulgurance de la pensée logique et judiciaire qui ébauche sa progression filmée par la caméra ; cette fulgurance qui se hisse hors de son huis-clos d’origine pour revenir à l’assaut et, bien malgré elle, elle s’incarne dans les jantes des roues motrices qui sont clouées latéralement.

À la page dix, l’étape du perfectionnement : l’apprentissage du sabre des samouraïs et du lasso d’un cow-boy et enfin la flambée tant attendue pour imaginer la fin de ce testament aussitôt téléchargé sur tous les serveurs de l’Empire fraîchement établis. À la page dix toujours, sur le chevalet féerique, de la poudre et du rouge aux lèvres et de la gomme aux cils pendant cette nuit orageuse.

À la page dix, la fin de la Saint Con : petite ridule ou embruns aux paupières alors que le style guimauve flambe d’un feu sacré !

En s’étouffant déjà, la page dix est une époque où le feu du charbon brûle dans une locomotive imaginaire. En wagons, immobiles, des duels à l’épée pour sabrer les opposants de la Saint Con et l’amour vache.

À la page dix : un diadème déposé sur le crâne du connard qui va brûler calciné cette année. Toujours à la page dix un chapelet de conneries pour les autres textes : des macchabées flambés qui innovent sur leur artillerie de mots incendiaires.

À la page dix, encore, la tumultueuse croisière s’arrête ici et ici -oui ici- je ne pourrais plus jamais faire rimer néocapitalisme avec communisme.

Dans l’ombre, les autres textes de la Saint Con qui n’ont pas respecté ce canevas lèchent les flammes d’une bougie au crépuscule.

À la page dix, les défunts destructeurs pour objecter les théories sur le rouge et le noir des tortures : des morts noyés dans la tasse de thé des géants.

Pour l’extinction de la flambée, la pluie enfin et des cabales ahurissantes tuées par la folie des grandeurs. En listant les avantages féroces et les inconvénients périphrastiques des autres textes de la Saint Con, en revenant sans cesse au moment présent comme on nous dit de le faire, la démence d’un pur-sang, dans les dernières lignes, qui hennit impudemment.

Et enfin, pour la dernière page idéale d’un texte sur la Saint Con, imprudemment le masque dont tu nous as gratifié ô ardeur !

Les patrons de la Saint Con déferlent déjà sur leurs drakkars.

Pour conclure, des échappées belles nous attendent pour cette Saint Con 2018, à condition de respecter les règles canoniques éditées dans ce manuel.

Le carnet de février 1922

Dans la poche d’un kangourou, étaient cachées de sales bestioles qui continuaient à transférer des informations contradictoires, qui se vantaient de parler avec leur cœur.

Depuis les moindres recoins épiphaniques de son cocon, l’animal s’était habitué à transmettre et amplifier des séquences d’images sur mon ordinateur, obtenant le silence, puis des rires !

Encore ce matin, dans ma décapotable verte, garée le long du trottoir, je m’employais à chasser tout ce micmac virtuel qui éclairait les mécanismes perturbateurs de mon cerveau endormi et qui avait fait la une des journaux des kiosques. C’était mon credo.

Pour tenir tête aux nuages de neige, il y avait à l’aube un ciel de jade chancelant qui délivrait la douce fragrance des cours d’éducation sexuelle disparaissant aussitôt telle une vision décrépite ; les réponses de leur réalisme furent peu à peu convaincantes.

Un authentique travail de sape kafkaïen mais ce n’était pas entièrement le fond de leurs pensées aux participants de ces cours occultes.

Pour rejoindre son monde onirique, je m’accordais une courte sieste et déjà je m’enfonçais dans les profondeurs cimmériennes de ce rêve qui démarrait comme un vieux film en accéléré, militant dans le réalisme absolu.

Et une fois de plus, venu surtout pour Elsa, je m’égarais dans l’univers de cette sale bestiole que je soupçonnais d’appartenir au mouvement terroriste. Dès le seuil de ce monde onirique, l’élégance d’ensemble impéraliste de la ville qu’on apercevait de loin, avait été conçu selon quelques modèles subtropicaux ou équatoriaux. Cependant, cette ville s’endormant sur ses lauriers, le labyrinthe des rues à traverser, les vendeurs de Tamagotchi à la sauvette passant pour des orateurs secs, la boue et les ordures urbaines modéraient notre enthousiasme du départ, notre arrivée fracassante parmi les rêveurs déjà sur place.

S’ajoutaient les devantures des magasins fracassées, les miroirs de chambre à coucher brisés et les rames de métro en flammes.

Sans parler de cette sorte d’activité perturbatrice et permanente de théâtre de rue, issue de la guerre du Kippour que j’avais décrit à l’époque sur un carnet de notes informatique portable. Ces notes, on les rapporterait aux absents.

Un foisonnement de détails dans ce carnet se détournant parfois du sujet quand j’évoquais les percées informatiques spectaculaires de la sale bestiole et d’autres données métaphysiques à la Stanley Kubrick : c’était son grand défaut.

Et le rêve finissait toujours violemment : au réveil, un cercle d’inquisiteurs d’humeur massacrante s’assemblait autour de moi ; s’organisaient alors sur l’écran de mon ordinateur des films érotiques, collés bout à bout un peu au hasard et aussi sophistiqués que des peintures aux doigts. De nuit comme en plein jour.

La majorité de ces films qui vérifiaient les appels manqués, en ballottant dans la cheminée, avait fait naître, à la page trois, la description d’une kermesse tandis qu’une flaque d’absinthe infiltrait le plancher en arrachant les lacets de la route.

À la page trois toujours, Cassandre et Elsa, qui lisaient le parchemin sanguin de Jack Kerouac, en le découpant sans supprimer ses messages, en mesuraient la cruauté religieuse.

Dans le carnet de moleskine de Jack Kerouac, à la page quatre, en allumant une grosse flambée d’amanites, ce février 1922 avait fait moisir ce jeu éducatif, en lapant la jarretière de cette femme nue ; ce mois qui ressemblait à la peine.

Dans le carnet, encore à la page trois et toujours à la date de ce février 1922, le froid, qui mordait les lattes, en envoyant de gros bouillons de lacunes, était plus doux que les premiers frimas de cette année actuelle. Et dans le carnet de cette époque, à la première page, un film d’horreur très kitsch, qui empruntait sa chronologie à une timeline je-m’en-foutiste, présentait cependant bien, donnait de ses idées une idée digne.

Et dans le carnet à la page huit, pour désigner un référent, apparaissait l’expression kabyle, incandescente, livide à l’heure la plus froide de la nuit et jusqu’à s’interrompre lors des jeux de hasard, d’une évasion : après les jours de crêpe, la joie tombant en cataractes et reliant entre eux les penseurs par un label collectif. L’évadé gravissait le calvaire vécu dans cette côte par l’instituteur Augustin Crozet une nuit de février 1922.

Et, à la page sept, en se référant au système adverse, des vagabonds, avec une kyrielle d’injures alchimiques, allaient de maison en maison. Et, dans le labyrinthe de la page sept, le kif, qui se fumait mélangé à du tabac et qui avait fait apparaitre les premières hésitations, se méfiait des nerfs du fumeur : une alternance de forme et de style qui était relégué cependant au sein du navigateur chaque fois qu’il hésitait à craquer une nouvelle allumette.

Dans le carnet des fumeurs de chanvre, à la page sept, à plusieurs reprises, leurs juvéniles arborescences philosophiques, qui détachaient les feuillets du livre de Job et qui engendraient, à partir de ce système désuet, la fabrication du jean en procédant toujours par ordres d’idées, mettaient du cœur à peindre une eau de javel fossilisée. Une eau de javel ondoyant comme le karma des chamanes de Sibérie ; et sa tradition orale, qui flottait comme le vaisseau de commerce baptisé le Nostromo, procurait des profits juteux dans les contrées grouillantes de gnomes.

Dans le carnet interstellaire, à la page dix : il y avait une grande variété d’humanoïdes extraterrestres qui délivraient leurs joules comme une histoire de paletot commençant à faire long entre gens qui s’aimaient tant ; leurs joules qui ballonnaient leur exosquelette et qui survivaient aux outrages du temps.

Toujours à la page dix du carnet de couleur gris sidéral, étrangement, les os de leur thorax qui avaient éclatés, confondaient leur jugement et leur section territoriale. Leur parenté avec notre espèce s’arrêtait là.

Dans le carnet de la fédération réorganisée, à la page neuf, la fulgurance de leur pensée logique et judiciaire qui ébauchait sa progression filmée par la caméra, ne voulait surtout pas de scène filmée en super-huit ; cette fulgurance qui se hissait hors de son huis-clos d’origine pour revenir à l’assaut et, bien malgré elle, elle s’incarnait dans les jantes des roues motrices qui étaient clouées latéralement. Ce qui était bien plus agréable à regarder que leurs vieux jours à la décharge.

Dans le carnet du groupe d’écriture, enfin à la page dix, l’étape du perfectionnement : l’apprentissage du sabre des samouraïs et des lassos du cow-boy dans les saloons qui abondaient alors à Treignac, imaginait la fin de ce testament, aussitôt téléchargé sur tous les serveurs de l’Empire fraîchement établis.

Le bonbon de la putain !

Des siècles de lucidité divine s’étaient installés parmi les ruines. Les anguilles et les serpents noirs de ses cheveux s’élevaient luxueusement et ajoutaient à ses murmures imaginaires les germes du vrai mal. Leur monde celte déclinait déjà dans les fonds marins : de tristes tropiques pour s’indigner du monde actuel !

Une sensation de brûlure acide mais comique se dessinait dans les flammes de leurs grimaces et la mort paraissait accueillir favorablement cette sensation en se compromettant jusqu’à très tard avec les claquements de doigts hypnotiques de la putain. C’était comme un tantra pour se délivrer des textes de la Zone.

Dans l’abîme contemplatif qui allait imploser, je fis apparaître le cosmonaute, sa noirceur et ses noeuds coulants qui innovaient tellement sur les autres.

Tout en jouant, donnant vie aux idées suicidaires qui alimentaient nos cerveaux, à l’état larvaire, chaque plan orchestré dans nos rêves suscitait dans le monde réel des réactions violentes, sanguinaires souvent. Les derniers survivants, inconsciemment parfois, se dévouaient à hisser des profondeurs la chaîne d’une ancre qui n’était autre qu’une seule et même pensée répétitive, fascinante.

De toute façon, ils se détestaient mutuellement ; ils détestaient leurs regards furtifs et désespérés quand ils ne pouvaient rien faire d’autre. Entre eux ils ne se disaient jamais de paroles authentiques.

Pour ma part et pour saborder tous efforts d’épanouissement personnel, seul le bonbon de la putain essuyait mes larmes fraîches.

Les noces sentimentales du carnet de moleskine

À la page deux du carnet de moleskine, afin de parvenir au point de non-perception et pour meubler le vide immense, se dessinait dans les flammes d’un feu une sensation de brûlure acide et creuse mais comique.

En se compromettant jusqu’à très tard avec un clair de lune taoïste, en étayant la stratosphère de peinture fraîche, des clowns épicuriens, comme des divinités, propres comme des sous neufs mais sans un brin de jugeote, embrasaient ce clair de lune taoïste.

Et pour tenir la distance, à la page trois du carnet de moleskine, le soleil se couchant entre les lignes, ce clair de lune, aussi taoïste que médiéval, dès qu’il touchait le sol, enchaînait, entre les pages d’une bible pour églises fantastiques, des fins de siècle somptueuses… leur territoire délimité par la nuit.

Pour achever le niveau Z, toujours au sous-sol, pour simplifier définitivement les échanges et la communication, les classiques de nos débuts fredonnés changeaient la latitude de ces percées informatiques sublimées de génération en génération qu’ils étendaient en secouant leur crinière incendiaire.

Pour anticiper la mort des combattants, il y avait aussi, dans le carnet, une fable permutant avec une autre fiction et, sur les épaules des femmes fumantes comme des gouttes d’eau, larmoyantes comme des veillées noires, il y avait un revers corrigeant les secousses d’une caméra d’amateurs et la bonne frappe des invités du bal masqué.

À la page cinq, les pauvres baraques explosaient sous le choc, anticipant d’autres échecs, en loupant de peu l’accident, d’anciennes détresses sans un seul battement de cœur.

Nous étions deux pendus pantelants dans un univers sale qui cherchait toujours de nouvelles connaissances ; dans un lieu désert, notre sincérité, trop prompte pour être froide, réfléchissant les romanesques cathédrales voûtées, laiteuses et sanguines.

Par solidarité on voyait nos brelans d’as trouver leurs failles secouées par les cimes stimulantes ; leurs failles mnémotechniques qui ne pouvaient échapper aux changements de trajectoire des chevaliers mérovingiens.

Pour échouer au fond de la voie lactée, en prenant les mots de passe sur place, je tâtonnais dans le noir pour mettre le feu au baril d’essence ; je conviais le feu à tout reprendre pour entrer dans les grandes familles des fictions bâclées sur le papier.

Je m’en allais chercher la bonne humeur des geôliers qui aimaient se focaliser sur les pratiques obscurantistes des cours d’assises !

Pour aller d’un point A à un point Z, pour moudre la piété d’un pubis, à la page huit, dans le sanctuaire où l’on s’était réuni pour prier, nos pensées répétitives commençaient à affoler la panse des consommateurs et, par leur incontrôlable utopie à réaliser une nouvelle littéraire, elles avançaient l’heure du sommeil par une étroite ouverture vandalisée !

L’intervention du rêve infaillible, sans obstacle, avec, dans le voisinage, des animaux nocturnes pour venir à bout d’une communauté Alien.

Pour désamorcer cette situation, avec une pincette pour tourner la page neuf, il y avait dans ce monde onirique, parmi les slogans scandés par les manifestants dans la rue, une femme agenouillée : une énième tentative perdue mais une situation stratégique pour le mystère de la vie ! Les protestations de la rue disposaient en cellule souche leurs créations folkloriques en enrôlant tous les lecteurs de la page dix !

Enfin, pour connaître l’intrigue de cette histoire malgré la chute du plâtre de notre plafond et un marasme qu’on ne pouvait mettre à bout sans pacifier la zone, le rituel était parfaitement organisé autour des frères Karamazov mais avec tant de déchirement de tambour qu’on finissait par s’évanouir dans le black-out d’une soupe noire à la Gainsbourg !