A l’extrémité nord du souterrain, notre P.C (poste de commandement) claironnait comme un jour de nef basse ; c’était une champignonnière de rires décantés parcourant les tuyaux de canalisation comme un rat tout chaud.
Sur les feuilles de papier, qui nous servaient de liasses de billet, notre P.C déclinait cette après-midi selon un corpus énigmatique toutes les perceptions d’une créole en larmes, après le départ de Gainsbarre ; parmi les chercheurs, se démêler je les écoutais ces larmes d’acrylique, ces larmes d’étoiles inconnues, d’isolement lascif et d’ensembles provisoires.
Alors fut retrouvée une logique propre, aussi diffuse que obscure, aussi factice que les feuilles mortes ; des derviches tourneurs improvisant sur la toile des dessins animés une suite infinie, luisante de larmes, d’échos électriques, loufoques et sur un tronçon d’une autoroute, la structure haletante, gloutonne, presque ébauchée et d’humeur coutumière, d’un Cartoon qui s’émiettait comme un frémissant amas de films déroulés.
Avec des ciseaux je la découpais sur le grand écran cette voix qui faiblissait au contact des fauves, qui expira couronnée d’anémone, d’écroulement et d’espacement entre les ambulances manichéennes ; entre ses cuisses enfantines un pansement à l’air propre, un glissement, un arbre et des vies qui patrouillaient avant de virer sous le cône de Coltrane : des fantasmagories démoniaques s’immisçant dans le jerrican ou dans ces enveloppes vides qu’on avait fixé au mur un jour de mardi-gras !

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s