En ajoutant l’amalgame de leurs courbes, les formules mathématiques étudiaient l’arc pensif de ses sourcils ;
Je jetai un coup d’oeil sur son bureau : chapardée par grand vent, il y avait une lueur ambrée et frissonnante qui, comme une intersection de coton, vint blêmir le papier jaune de la tapisserie jusqu’à nous mener à travers d’autres courbes, davantage voraces, hargneuses, impures.
Sur le côté gauche de son visage, le rictus des gargouilles de pierre et sans doute également le côté droit invisible ; et sur un signe de tête il appuyait ses paroles tandis que je couvrais les feuillets de curieuses figures géométriques.

Ainsi, en mélangeant le plâtre et le diesel alchimique d’un pot-au-feu ésotérique, comme un ineffable mystère, nous avions allumé ensemble une cigarette.

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s