L’art du Zen, en bouffant de la Lysopaïne au goût classiquement mentholé, convoitait le plan des kaléidoscopes cyniques.

En écourtant de courtes et confuses respirations, tandis que les moteurs de la fusée de Babel qui décollait, vrombissaient ; seules les silhouettes de ses Bouddha, sur une planète qu’elle ne connaissait pas, se renouvelaient en pure perte : allaient-elles reprendre le cours d’une vie ordinaire ?

Sur le carrelage froid de ma cuisine ou le sol natté de ma chambre, ou encore sur une vieille chaise de glaises et de fanges séparatistes, elles tentaient de se libérer des anciennes complaintes, comme un mal de chien à travers la membrane de son existence, comme un capharnaüm de sapin mourant de soif : la soif d’un cauchemar australien et saumâtre, la souveraine torture australopithèque !

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s