Eperdument, afin de lui soulever gravement mon chapeau, j’ai suivi la contemporanéité de Marmeladov en échafaudant tout un roman dans la nacelle en carton de la montgolfière en suspension. Montgolfière qui avait décollé par trop d’associations d’idées, de labeur aléatoire.
Le mécanisme de ma vieille montre exhibé, je renforçais la luminosité graphique des cieux ; cieux qui monarchiquement se combinaient avec les illusions purement émissives de cette montgolfière !
A présent à mi chemin, en jeune hussard informatique ou en navigateur internet maniéré, j’exerçais sur les faisceaux sanguins des poux rencontrés à mille mètres d’altitude une pression lacrymogène multipliant les glissements, les exodes intemporelles, les uppercuts vannés de la bagarre. Une bagarre qui, dans la neige froide comme une contusion, une rescapée ou une survie dans la jungle, aurait creusé ses infiltrations existentielles sur son visage, son corps démembré, sur cette Beauté soulevée à la hussarde. Une pure fiction émotionnelle cette Beauté se disposant en poudre sur les rangées des tuiles faîtières du toit de mon immeuble, comme le sucre ou la neige !

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s