Aussitôt gueulées à l’aide d’un mégaphone d’étranges visions

Dansent à l’intérieur ; je les soupçonne d’appartenir

A un mouvement terroriste… Mais leur cinématographie est si vieille !

C’est un théâtre pour Vaudeville converti datant des temps préhistoriques

Je me retrouve sans la moindre transition sur de hautes plates-formes

En éteignant pour de bon leurs machines aussi undergrounds que sophistiquées

Dans un terrible blizzard devant une foule réunie, à la page deux cent quatre vingt six

Son uniforme d’étudiante infirmière, à une sage femme borgne, appartient.

Et tout en haut de la maison, dans une pièce, ou plutôt une cellule solitaire

Séparée des autres par une galerie et un escalier, se nichent d’immenses

Paysages ondulés par son corps étendu. L’atelier où je travaille à mes immondes créations.

Mais quel est le lien entre ces différents paysages ?

Sans sourciller, personne ne répond…

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s