En cherchant des têtards qui gobaient le soleil du nouvel an, étreignant le végétal comme le minéral, nous avions câblé par triste corrélation cette pataugeoire de roseaux et de joncs en fleurs.
Des joncs rafraîchissants et brutes comme ces rouleaux sur la palissade du corral, et sous les joncs, dans la mare aux diables une silhouette fiévreuse, hérissée de motifs polaires, sauvée comme une vieille poupée abandonnée gisait et grésillait tandis qu’on se familiarisait avec son Esprit. Son esprit instrumentalisé qui brûlait de toutes ces perceptions, qui fit osciller sa charpente osseuse, cet Esprit qui bramait des parodies de fouilles archéologiques ; cet Esprit était comme un accroc entre mes tempes, un pastel de watt canonique ininflammable qui crépitait sur mon mufle, imprégnant la pièce en restant attaché à son chevalet.

Et puis il y avait cet étrange syndrome : le Syndrome de l’Opiacée, suggestion en silicone noir, qui repoussait les frontières, il avait connu son âge d’or en se muant en mousson asiatique latéralement tranchante et galvanisée.

Une lascive vision qui allait retomber dans la Fosse Noire, en laissant grimper puis perdre pieds la perspicacité des mots, et pour chaque verbe les démantibuler de leur douceur originelle. C’était pourtant le même monde, ce monde où de fastueux échos voulaient s’approprier quelque chose de neuf.

Ainsi, en se bonifiant comme une lymphe fripée d’expérience, s’étendait face à moi un chemin lumineux et tranquille, et pourtant encerclé d’une multitude d’iniquités, pour ainsi dire une simple suggestion de chemin où je glissais sur l’asphalte rugueux, à la lueur d’un DeepKiss de série B. L’humble frou-frou guilloché des billets de banque se répandit à cet instant hors de mes poches. J’avais affligé la monnaie de pensées très tendres ; je me tenais raide comme le cierge d’un court-métrage revisité.

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s