L’insensible aiguille brûlante qui suturait, en façonnant à sa façon la non-violence de ce monde, la blessure couleur braise, l’insensible aiguille brûlante qui s’enfonçait dans les limbes nucléaires, l’insensible aiguille brûlante s’était insérée dans le script inopinément et une troupe de singes s’était introduit sur la piste.

J’avais les mains moites quand les cris des enfants firent trembler la nuit. Ainsi la nuit trembla quand les enfants virent les singes surexcités glisser et s’élever -donnant au Cercle les combustibles pour brûler efficacement- le long de la corde. Les cris des singes firent trembler la nuit quand ils virent, parfumés au lys, les enfants pénétrer le Cercle comme des flèches.

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s