J’ai tiré la chasse d’eau des poèmes de Ferré et de Beaucarne en sont sortis.

Le dilemme était réglé : un beau jour, j’ai tiré la chasse d’eau des divertissements télévisuels et des poèmes fugaces en sont sortis, leur bruissement caoutchouteux sous la langue, j’ai attaché dans ses cheveux d’insensibles papillons et d’autres vitreux cadeaux de bienvenue.

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s