Au coeur du crépuscule flottant, ou entre le chambranle de la porte de droite, comme un blues d’automne froid ou comme une longue nage, il y a sur ce visage le silence prométhéen qui, crescendo, espace et éponge les anomalies, les égrène en rejoigant une sagesse ancienne ou en jetant la confusion.

Depuis le clairvoyant Scentless : notre corps, une histoire de clair-obscur inouïe, des questionnements ; et des voeux épicuriens qui s’exaucent et s’amorcent en oscillant le jeune parti de la scène, les fissures alpines.

Et, en souriant aux nuances, des kilomètres d’aprêté sous sédatif : dans le miroir, forçant sur-le-champ la route à s’arrêter. Par le vaste monde, nous retrouvons notre mosaïque de douleurs vives au sein du navigateur.

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s