Soit A : le son de la brosse à dent électrique, la radio à la mode chinoise transmettant la consigne donnée et les tics de langage des petites familles en promenade le dimanche ; et B Charles Manson se défoulant souvent sur Kurt, son ado de fils, B : le combiné du téléphone, sous la braise d’une suggestion noir prête à être ravivée, qui énumére ces détails…

Alors, alors seulement C : l’appendice des souvenirs de voyage perturbant les cépages et les histoires élaguées des cabines téléphoniques loin de la nuit froide au dehors pour maintenir vertical l’étrange syndrome de l’opiacée dans l’obscurité.
Dans une décapotable, soit A l’envoûtant charabia des végétaux que je glisse à leurs extrémités pour les faire ressortir par la bouche ; et dans la boite à gant B : le mystique crack tiré des azalées, aussi noir, aussi étrange que ça puisse paraître. Alorts C, selon la nacre de couture, le synopsis découpé d’un cinéaste se penchant sur le cas Kurt Cobain.
Et, sous les plumes éteintes de la Vénus du radiateur : des ecchymoses crénelées comme la mâchoire d’une vieille, sabordées comme ces univers qui zèbrent ma course rectiligne de watt canonique ; ces mathématiques avancées, alanguies portant des numéros ou des lettres étranges sur la carte !

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s