Les émissions radiophoniques graveleuses tombaient en pluie sur ma tête échauffée. En s’acoquinant à plusieurs centaines de mètres sous terre dans les coins sombres d’un Paris souterrain de type Haussmannien et gangrenant tous ces bas-fonds, elles commençaient toutes par un hommage aux fricatives et aux gazouillis de l’orgue électrique de Cassandre.

Ah ! Cassandre ! Elle ne manquait pas d’anoblir au passage ses partisans déjà chenus, usés ! Tombant dans l’escarcelle des bottes de sept lieues déchues de leurs fonctions, en essayant une séquence de bouts amovibles, baroques d’indications occultes, Cassandre pliait et repliait à l’aise et sans se restreindre leur rêve sans borne, fumé au sapin vert !

Mû par quelques sentiments de love buzz amoureux alors que je glissais maladroitement une gousse de vanille du côté de ses pieds malodorants, j’étais bien trop morne et las, pesant les défauts, les failles et les crashs d’un mal de chien pour en faire de la pâte à modeler. Des symboles avant-coureurs circulaient entre nous, venant d’une lointaine galaxie dynamitée, mesurée comme une décomposition kafkaïenne très dissipée.

De mon côté, mû par quelques danses fantasmatiques pique-niquant sur leurs fils de fer alchimique, j’avais lancé dans tous les azimuts des visions d’ailleurs, des S.O.S pour extraire hors de leurs disques durs chargés la bobine cent-quatre vingt treize de Cassandre, techniquement H.S mais très ressourçante !

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s