Kenny, le carburateur Zénith et le marsupial moteur de la Jaguar !

Le marsupial moteur – certes dissocié de ses autres composants – de la Jaguar ronronnait dans le jardin où l’on venait de brûler Monsieur Carnaval en plein air. Ce jardin n’était qu’un tapis de fleurs semé de coing ; ce tapis qui ne paraissait chuinter qu’au fond de mes tempes creuses comme une transfusion télépathique amalgamant l’inextensible clair-obscur généré par les lignes de codes incohérentes du moteur.

En attachant le quart de tour de son carburateur Zénith aux embranchements de ses disques durs d’un genre nouveau, nous vîmes les zébrures du ciel sonner la mort des baleines, la dose mortelle des congrégations faiblement, douloureusement cryptées augmenter jusqu’à une cuillerée à soupe. Disques durs reliant tous le cerveau monarchique de Kenny : ce cerveau lapé chaque jour par un reptile mystérieux, quoique inanimé, ce cerveau provoqué chaque jour par de nouvelles accoutumances, par de nouvelles couleurs géométriques et par ce clair-obscur massif, médiévale, emmêlé entre les deux canyons des administrations à la Vilnius Poker ; le noir s’alliant aux auto-stoppeuses pluvieuses, aux actualités guerrières suffisamment audacieuses pour chialer au creux de nos oreilles. En pure perte.

Du sang s’infiltrait par-dessous sa porte et emplissait la pièce où d’autres associations d’idées étaient en attente.
Kenny, les revers de son pantalon mordillé par les rats, se dressa en hurlant qu’il allait crever comme un chien, prit la forme de ces créatures qui ne laissent rien, qui sont convaincus de leurs forces ésotériques et qui blasphèment sans arrêt.
Ces hurlements étaient si intensément expressifs qu’on avait fini par renforcer la luminosité des graphismes de tous les sites Web référencés dans ces disques durs uniques.

Au vingt-neuvième sous-sol, Kenny s’écroula instantanément et les strates simultanés de ces lignes d’algorithmes défilaient sur l’écran des ordinateurs en clignotant d’un rouge vif, en excavant le feuillage silencieux et chaud des arbres à l’extérieur : le tour de passe-passe de sa machine sophistiquée, en brûlant tout son charbon cérébral, excessif, était bien trop imaginaire pour être crédible !

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :