Chauffé à un degré providentiel, un monde en silicone noir retrouvé parmi des bornes extensibles de taoïstes qui couraient abandonnés de chambre en chambre avant de se faire plaquer par les plans fixes, perpendiculaires, délavés de la caméra.

Un système de fils électriques et organiques reliant Angela à ce monde en silicone noire, aux naïades fantasmagoriques utilisées comme carburants. Un brin trop affective, Angela a évincé les taoïstes en les arrimant à cet abîme alvéolé, hypnotique : une trouée qui lustre et fusionne avec sa nouvelle vie sans commencement ni fin, un ensemble d’univers qui soupirent et fusent sur les prédateurs impies en harcelant leur esprit pissant jaune et en s’approchant toujours plus près du soupirail de sa vieille maison.

Le larçin alors revendiqué, succombe le programme informatique de cette transhumance, un rien formaliste, en se précipitant dans le vide.

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s