À l’origine des paons qui font la roue : ce délire d’ornithorynque, cette séquence d’actions impersonnelles qui défie les lois de la physique ; ce délire bien goupillé que je dépose vaniteusement à tes pieds ô toi la peste dominatrice !
Courant le long de la feuille de papier, proposant entre les lignes des rêves tarifés, des parfums de Flaubert ou de Dickens pour relancer peut-être ton capricieux tropique holographique !
Hélas l’archipel où ton incarnation pimpante m’est apparu a disparu définitivement : alors, en regardant toujours plus loin vers l’ouest, j’ajuste les bandelettes qui serrent tes pieds éléphantins ô toi l’infirme pauvresse !
Dans mon bureau je rédige ensuite comme une partition de musique une suggestive science-fiction. Et tes vingt ans comme un regain de jeunesse vilainement attardée perpétuent le récit esquissé sur le Tableau Noir.

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s