Les feuilles tombaient sans aucun souffle, les feuilles tombaient en entourant de plantes marines en putréfaction ce bloc de rocher où nous étions réfugié. 

Courant un grand risque en modifiant les paramètres de notre iPhone que nous possédions depuis peu, on prenait des photographies en noir et blanc ; objectivement ces photographies représentaient la délicate confusion boisée du café qu’on avait fini ce matin à l’aube.

Les paramètres de l’iPhone, aussitôt mixés avec nos instruments exosomatiques, se partageaient les architectures tarabiscotées, alchimiques, spirituelles d’un disque dur jadis classant chronologiquement à la manière d’une timeline nos appels téléphoniques selon leurs impuretés !

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s