D’abord, il y a ce moutonnement d’étoiles et de distances communicatives s’écoulant à colin-paillard le long des icebergs déstructurés, trempant son essence en pleine immersion : l’immersion qui cogite dans la vénitienne térébenthine.

Se contractant et se nouant autour des membres du rêveur, notre programme d’enseignement du jour élève la pensée obscure alors que, dans la grande salle du château transformée en dortoir, des rangées de lit accueillent de multiples rêveurs qui couvent chaque jour, chaque soir un rêve différent.

La clé de tous ces rêves ? Seule la glaciale Ariane, connaissant l’issue du labyrinthe, peut en sortir indemne et livrer ainsi cette précieuse clé. Elle détecte les anomalies ; ces anomalies, à l’intérieur des rêves, fissurent les lieux connus, brouillent les aides visuelles et tactiles possibles. Dehors, fébrilement, tombe la fantaisie des petits flocons blancs. Blancs et vieux comme tous ces rêveurs livides qui ont renoncé à tous les autres sédatifs, ont privilégié, en intraveineuse, la vénitienne térébenthine de Yussuf !

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s