Se disposant en poudre sur les rangées des tuiles faîtières du toit de mon immeuble, comme le sucre ou la neige, ou en jappant dans les bois hantés, ou encore en irriguant le prochain black-out sur les écrans des ordinateurs du Château, elle laissait les asticots à l’intérieur me manger le cerveau la watt de ce moteur d’un genre nouveau.

En s’aggripant à la perspective de ne jamais revenir, ou en fourmillant et en défilant en lettres noires, ou encore en rayant de la carte l’alternative morale, les codes de son disque dur, rassemblés en combinaison, préparaient leur avenir, prévoyaient de nouvelles contradictions.

C’étaient peut-être des ghost stories : en retirant de sombres associations d’idées, c’étaient sans doute des constituants indispensables pour les plonger dans les abîmes de la perplexité. Des précipices aux rires jaunes qui instillaient dans l’esprit une petite chose si singulière, si extravagante et bien trop approximative : une solution exotique qui produisait la paraffine du moteur !

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s