A une époque, troublée donc favorable, pour mettre à vif les constellations des machines hertziennes et pour instrumentaliser par les cordes le caillouteux gribouillage sournois de leurs nerfs optiques référentiels ; ils me mordaient ces rêves de très haut voltage en déséquilibrant l’arborescence de leurs fermentations et les limbes de leurs capharnaüms corrompus et sans queue ni tête.

Ils égrénaient aussi les signes moribonds des lames de tarot, leurs mots de passe pour vivoter dans ces machines incontrôlables, ingérables, et pour tout dire saturés de motricité fantomatique.
En attendant leur venue et afin de nous transmettre à la prochaine détonation, mutilée et ligotée au prochain crack, leurs consignes étaient à respecter à la lettre.

Sous les couvertures de notre lit, leurs veines et leurs domiciles célestes : les verges et l’horreur d’une sentinelle informatique composée d’interstices goudronneux ou de meurtrières palpitantes et frissonantes comme de la semence de tapissier, comme ce tapis de géraniums cendreux, à nos fenêtres, qui sabordait les contemporains

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s