Sous les couvertures de notre lit, deux enfants remplaçaient les abats-jours des sentinelles informatiques par des tartines beurrées revigorant leurs meurtrières palpitantes et frissonantes comme de la semence de tapissier, comme ce tapis de géraniums cendreux, à nos fenêtres, qui sabordait nos contemporains comme sanctifiés par ce petit déjeuner tout à fait solennelle.

Chaque jour, dans leur grand cahier, ruminant le sac des narcotiques sanguins, espacés et surchauffés d’excitation, de ferveur sanglante comme des îles silencieuses, les deux enfants interrogeaient les auspices : le sac des parodies implacables en hickory tombant encore davantage au fond de nos tasses de thé aromatisé au carbone.

Comme ridiculisés par les étranglements de craie et de fusain des roues d’acier de leurs paons séchant au soleil, nous demeurions main dans la main dans la chambre, dans cette ville aux kilomètres défoncés à la colle qui ruisselaient jusqu’à nous afin de faire verdir leur Maître Yoda et sa clique de baba cool herculéen !

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s