Le pousse-pousse impérial !

Au quart de tour, son sang se déplaçait d’une valve à une autre. Sa timeline et son butin représentaient jusqu’à la déraison une équation à double inconnue.

Je collectais à l’aide d’une fourchette, d’une cuillère et d’un trident les œufs de Pâques !
Je m’arrangeais aussi pour offrir à ma fiancée la fin d’une filmographie d’antan. Celle-ci ne tolérait pas les clés USB 3.0, les disques durs forcés d’obtempérer, et toutes les machines expropriées comme tout autre appareil !

Sa silhouette bleue passait en cirant l’éclairage crémeux du laboratoire. Je débranchais les organes venant d’une transplantation d’un autre corps !
En insérant un déclic dans mon oreille droite, ma fiancée pourrissait dans la cave en énonçant ses erreurs de jeunesse ! C’était pourtant le même monde, ce monde où l’or, l’argent, l’aluminium et le fer abondaient.

De magnifiques champignons mortels poussaient gentiment dans notre laboratoire tandis que la diablesse s’amusait à poursuivre dans le jardin le pousse-pousse impérial en fuite !
Synthétisé, le pousse-pousse impérial emportait l’empereur et l’impératrice hors de France. Les heureux vainqueurs de la dernière bataille avaient fait fuir les monarques et s’appelaient entre eux camarades : le buste de l’empereur était tombé en se cassant en deux par terre et même son appareil génital avait glissé au fond de ses chaussettes avec un vague désir morbide !

Des fleurs poussaient dans le pousse-pousse impérial à présent endommageant le moteur d’origine inconnu !
Une danse endiablée plongeait son bec dans un tube de dentifrice vide alors que, sur l’omoplate de l’empereur, se dessinaient des plaies extrêmement périlleuses. L’hémorragie étant stoppée, on décida de s’arrêter pour la nuit dans une ferme. Au quart de tour, on s’endormit et on fit de beaux rêves ; des rêves de joailliers fous, des rêves de distilleries dingues qui avaient pour seul objectif de finir cette tournée au pays des nuages !

Debout à une heure matinale, ma fiancée créole réceptionnait les invités classés par ordre d’idées ! L’un d’eux, un macaque venu d’Asie, s’était fixé sur la plus haute branche d’un arbre cure-dents et fit tomber de la poussière divine sur les autres invités.

À l’extérieur du cercle des invités, des régions conquises baptisaient des reines et des princesses sans diadème !
Avec l’aide d’un typhon, le moteur du pousse-pousse aspirait maintenant les flammes des chandelles des maisons d’à côté en les transformant en carburant ! Les chandelles donnaient jadis un air funèbre, un air de crématorium au monde environnant.

Il saisissait alors l’une des chandelles cet hémisphère qui s’était caché dans les foins et qui prélevait un impôt sur tous les organes transplantés !

D’une voix monocorde, le macaque, qui parlait notre langue, attribuait des points aux fonctions cachées des organes et cédait peu à peu à la panique : il y avait tellement à faire !
Même les fonctions secrètes, sous IOS ou sous les ongles, réapparaissaient et entraînaient un déséquilibre jusqu’à rompre tous les barrages d’eau douce !

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste A écrit Munchkin Maldonne. L’Acropole du djihadiste : Premier et deuxième Chapitre ! Ainsi que Glapissements dans les Sapins Verts, les trois premiers chapitres. A lire et à suivre Sur https://notesmat15.com/ L’Acropole du djihadiste : Troisième Chapitre à venir prochainement !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :