Il se déboutonnait et sortait son instrument pédagogique, et la jeune fille, qui avait décidément du chien, le regardait avec de grands yeux humides, puis regardait son visage avec une innocence troublée et un désir naissant.

Ses lèvres envoûtées embrassaient en dessinant une plosive, s’écartaient et révélaient des dents blanches et la pointe mouillée de sa langue.
Mais le long-métrage s’arrêtait là, laissant les deux acteurs se débattre dans un univers inconnu.

Les fumeurs d’opium plaisantaient, en incendiant les dernières bobines, et se mettaient à la page des financements les plus rentables.
Dehors, à l’extérieur du cinéma, les vingt-quatre notes flûtées du joueur de Pan protestaient encore et le joueur de Pan, sur son poney, recueillait les hourras dans cette ville adossée comme un moineau sortant du nid à la colline Hollywood.

Il ne resterait de ce monde que des bals musettes sabordés et cinq consonnes et deux voyelles !

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s