La liste des fantasmes funestes comme un film passé par un projecteur à manivelle ; emmaillotées dans notre cerveau comme un désir impénitent, d’impeccables réactions en chaîne entrelacées. La liste des fantasmes comme du kérosène explosif transportés dans les canalisations fétides.

Une liste de fantasmes comme des courants d’air qui capturent la maladie du vin ; des listes de fantasmes comme des bouddhas pétrifiés, aux intentions absurdes. Une liste de fantasmes comme une photographie des plaines arctiques ou antarticques ; des listes de fantasmes comme des épingles, comme du papier, comme une lune livide qui conserve son prisme crépusculaire et qui descend jusqu’aux grands cèdres dématiéralisés.

Des listes de fantasmes comme la nuit, comme le jour qui suit son cours, sa progression ; une liste de fantasmes comme un bouddha qui associe le rythme endiablé des nuits avec une bande-son ; des listes de fantasmes qui ont paré le lieu, où je cherche encore une idée, d’une aura singulièrement spirituelle.
Des listes de fantasmes comme des courants d’air, comme des balanciers formant un monde très cinématographique. Des listes de fantasmes, correspondant à un numéro lui-aussi imaginaire, comme des bouées emmaillotées ou criblées de lierre. Des listes de fantasmes qui génèrent, dans les cocons, une idée de résistance progressivement évanouie. Des listes de fantasmes qui partagent les mêmes souvenirs déchirants, les défauts, les failles et tous les crashs des disques durs, internes comme externes.

Des listes de fantasmes, dès l’entrée du donjon, qui affectionnent un agréable goût d’encre de Chine. Des listes de fantasmes comme de la poudre noire qui pleut doucement dans les souterrains du métro et qui est comparée aux boursouflures de la vigne. Une liste de fantasmes, chargée de bois doré, de mâts et de toiles bariolées, perdues comme les brames des liaisons et des lésions maritimes. Une liste de fantasmes comme l’architecture d’un ADN qui bluffe les cendriers, mémorisés par quatre, des écoles occultes ; des listes de fantasmes comme le lieu de toutes les flagellations, comme un pont qui court entre les deux banquises, comme un pont qui, en commençant par l’ouverture d’un tunnel, conduit aux grands phoques.

Une liste de fantasmes qui réinvente le mardi-gras et qui contamine une  représentation mentale. Une liste de fantasmes, placée à fond-perdu, comme un trou dans le mur, comme des listes mnémotechniques qui se débattent dans les Nouveaux Mondes brutes. Une liste de fantasmes comme agraphé maintenant aux capotes anglaises, à la capacité motrice des lumières photosynthétiques. Des listes de fantasmes coulant comme une chandelle oubliée, comme l’embrayage d’un réseau obscur suburbain.

Une liste de fantasmes comme le nouveau monde ethnique, purifié de son prétoire polaire, de ses pythons virtuels et maléfiques et même de ses époques enregistrées en Time Capsule, flambant comme tous ces domiciles célestes !

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s