Froid comme le marbre !

En vérifiant les appels manqués de la veille, je m’entortillais encore davantage dans ces entraves. Étrangement ça m’était égal, j’allais disparaître, j’étais presque mort. Les rails du train comme ultime sépulcre ; l’ennui comme un petit oiseau qui virevoltait au dessus du marbre de ma prochaine tombe !

Et froid comme le marbre ; ainsi je caractériserais le rêve de mon client où j’étais plongé volontairement. En avançant en crabe dans ce rêve, je m’identifiais encore davantage à la musique de Beethoven et à sa neuvième symphonie. Pour un périple onirique, j’embarquais en m’endormant de tout mon soûl.

En s’ébrouant comme un cheval qui aurait l’enfer comme pied de biche, mon client avait joliment tracé la voie permettant d’accéder à son cerveau inoccupé jusqu’à présent.

Je marchais sur une route de diamants pétrifiés, en filant à l’anglaise, lorsque je capturais tous ces souvenirs, toutes ces émotions, tous ces sentiments et ressentiments dans la poussière des cités bâties en haut d’un rocher comme Sainte Hélène.

Persévérant, nous étions tous les deux des kamikazes qui festoyaient sur les ruines du passé. Fascinés tous les deux par les miroirs réfléchissants, nous savions que nous étions tout aussi bien irréels que décomposés, tout aussi bien déterminés que las, tout aussi bien pionniers que conservateurs.

Un pétard à la bouche, je lui devais une fière chandelle quand j’entrais comme un intrus dans sa vie. Satan nous observait quand nos monologues n’en finissaient plus, quand nos instruments de musique ne concordaient plus.
Notre universalité, c’était le domaine du rêve et j’étais branché par fils électriques, à la fois télépathiques et télégraphiques, aux lobes de son cerveau.

Une dernière pièce de rechange pour finir ce texte, une confidence : je ne l’ai jamais vraiment apprécié, ni aimé encore moins détesté ; nous étions devenu indifférents à force de mieux nous connaître…

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :