Sur l’un des textes des exécuteurs, on pouvait lire, éclairé aux néons jaune citron : Si tu prends une photo de toi, tu perds un morceau de ton âme, c’est grâce aux exemples des grands singes du Brésil qu’on sait ça.

Dans l’obscurité enfouie et susurrée des souterrains de ces questionneurs, cela m’avait vraiment inquiété, non pas parce que mon regard distrait s’attardait sur l’inquisiteur photographe aux colliers porte-bonheur, mais parce que de fortes bourrasques soufflaient maintenant dans les cheveux de l’homo Selficus me représentant, avec leur parfum sibérien et superstitieux alors qu’il m’avait pris en photo. Un selfie répugnant qui m’avait refroidis dès le matin, avec, en noir et blanc, nos deux gueules où s’engouffraient les réponses sans question d’un grand singe du Brésil.

Je m’étais donné une page et un temps déterminé (environ jusqu’à 7h30) pour écrire sur ce sujet, en jonglant de temps en temps avec un autre texte où je tentais de faire croire aux lecteur que cette préciosité littéraire était tout droit sortie d’un carnet de moleskine retrouvé dans les poches d’un grand écrivain voyageur, avalée par l’immense jungle brésilienne. Une jungle où je remarquais que les grands singes du Brésil perdaient leur langage religieux au profit de météorologiques colères divines tombant du ciel et leur spoliant le selfie qu’on avait tous ensemble entrepris de faire, dans son avilissante globalité.

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s