Aux mangas, on leur vendra tout un jeu de bateleurs qui ont cramé leur vie sous des averses de pluie gothique. Aux poètes maudits, on leur conseillera de jouer entre la force obscure du yin et la féminité présente comme un grelottement de marquise précieuse et raffinée du côté Yang, le côté des braises ; le côté aussi des cendres, puisque aujourd’hui tu as réussis à alimenter un feu occulte sans parvenir à rassembler les prestidigitateurs de pacotille.

Et de la pacotille, il y en a aussi, sous un soleil radieux d’Arizona, à prendre ou à laisser pour féconder peut-être, mystérieusement ou concrètement, le bonheur.

Ah ! Le bonheur ! Trop de questions existentielles, presque philosophiques, qui dorénavant n’agitent plus que les arborescents arbres généalogiques.

Pourquoi ? Parce qu’il arrive aux têtes joyeuses des défunts de la famille d’exprimer des regrets, des erreurs de conceptualisation donnant force aux matrices ésotériques.

Alors, comme par enchantement, en trouvant leur place, maintenant laissée aux hasards des courants tumultueux de l’océan, toute cette marmaille mort-née, rangée sur l’étagère dans des bocaux destinés aux fœtus, ne laisse plus traîner ses sentiments de rancune.

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s