Des diables au corps qui passent bien

Des diables au corps à la place de nos vessies de boeufs : on nous avait greffé aux pieds des pyramides des hélices sur nos crânes de chimpanzés. En suivant la spirale des étoiles, naufrageurs dans la très grande baignoire, où un scribouillard d’un âge indéterminé prend un bain visiblement très chaud, il y en avait des kyrielles imaginaires de personnages entre les pages de leur livre de poche !
Entre les pages extrêmement humides, où le nœud du chignon de la soubrette s’hérisse de silicone noir – le bonheur comme semence de tapissier – on traçait de la cannelle et du sucre roux entre les lignes pour en faire des gris-gris, des bayous phosphorescents, des brouets de sorcellerie…

Des brouets de sorcellerie qui déraillaient par leur pouvoir télépathique, leurs ultimes effets au goût de vodka, cette ivresse de la veille furieusement incarnée en un seul tampon imbibé du précieux liquide ! Et la soubrette, vaquant à ses corvées quotidiennes, restait scotchée face à la fenêtre grande ouverte du salon, la vision qui était apparue sous ses yeux hallucinés n’était autre qu’un Cyborg-Nain-de-Jardin, sortant de l’immense baignoire, son corps encore trempé d’eau savonneuse…

Un cyborg dont le douloureux et minutieux travail de la corrosion sur ses organes partiellement mécaniques avait laissé son empreinte. Les diables au corps, sur la couverture de son bouquin qu’il tendait à la soubrette, étaient zébrés de barreaux noirs, dessinés au feutre ou au fusain…

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :