La folie et la noirceur du Joker. Deuxième chapitre

Concluant à une mort par le supplice de la corde, l’enquête piétinait.
On ne savait toujours pas si la folie et la noirceur du Joker en était responsable. Pendant ce long été aux cieux byzantins, tout ce qu’on connaissait de ce prétendu suicide, c’était qu’il avait pour dénominateur commun une certaine carte de tarot, le Mat, retrouvée dans la poche de ce pendu.

Ce pendu ? Par essence spirituelles, ses pensées continuaient, même évanouies, de lister les bouquins de poésie, les bouquets de nerfs ou d’autres actes manqués comme autant de saints sacrifices satanistes. Car satanique était la noirceur du Joker, sondant d’un peu plus près les fragrances de ses prochains attentats.
Comment jauger alors la quantité de jeunesses et de genèses que le Joker avait abandonné ici-bas avant de calancher ?

Olfactive, la première réponse répandait, quand on la pressentait, un parfum d’impertinentes disparitions, venant des tréfonds de la noirceur et de la folie du Joker. La seconde réponse annonçait l’orage, gelait les récoltes de têtes coupées, mettait le feu à tous les palais : des frondes qui, autrefois, n’avaient pas été jugées potentiellement dangereuses à leurs naissances latentes.

Enfin, paresseusement, dans ce monde ou ailleurs, le Joker regardait, des poussières d’étoiles noires en bandoulière, les psychotiques tomber dans son escarcelle. Leur génie et le professionnalisme de leurs idées noires étudiés soigneusement par ce personnage aux épisodes dépressifs très opulents.

Puis, étape après étape, toutes effrayantes par leurs architectures spirituelles, ces périodes alternaient les razzias gribouillées sur le carnet de moleskine du Joker avec la prose de ce psychopathe, dans un corpus recensant toutes les tournées pour les gueuses.
Inventés sur les panneaux publicitaires censés vendre des hémorragies superbes, des coupes à l’iroquois, ou encore d’autres croyances sanguines. Et sanguine était la panacée de tous ces copier-coller provenant de l’ordinateur du Joker, bien qu’il n’eusse jamais touché à un clavier.

Une sorte de sortilège afin d’évider les tripes de ces agneaux égorgés et de ces Anarchitectures de ce fameux Joker

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste A écrit Munchkin Maldonne. L’Acropole du djihadiste : Premier et deuxième Chapitre ! Ainsi que Glapissements dans les Sapins Verts, les trois premiers chapitres. A lire et à suivre Sur https://notesmat15.com/ L’Acropole du djihadiste : Troisième Chapitre à venir prochainement !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :