La Vallée des Rois

En pénétrant par un accès interdit dans l’Acropole de ces souverains réchauffés non par le soleil vert ni par ses rayons au gaz comme le butane mais brûlés par les fours à chaux ou les bûchers atrocement allumés, j’avais cette sensation d’asphyxie.

Et, en rogne dans le tombeau sacré de leur Vallée, ces roitelets éprouvaient des émotions pourtant contradictoires : un mélange miraculeusement évanoui quand, jetant mon sac à dos par dessus leurs fortifications, je violais leur tombe.

De construction romane étrangement, cette nécropole me livrait tous leurs secrets comme des scènes de films dévoilées avant l’heure, n’ayant pas encore été conçues, mais minutées déjà comme des publicités pour gens huppés et privilégiés.

Cependant, comme un événement inopportun, il arriva ce qui devait arriver : je fus soudain frappé par la malédiction des profanateurs, et, ainsi en tentant de recueillir l’eau de leurs sources cachées aux tréfonds de ce sanctuaire, les paumes à présent visqueuses de mes mains d’ancien samouraï n’attrapaient que la pourriture, cette essence de sculpture de glaise moulée finement, des vieux archéologues, rapatriés d’urgence dans leur pays d’origine.

A propos de l’auteur notesmat15.com

Poète surréaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :